Depuis des dizaines d’années, des structures de toutes sortes (clubs sportifs, sociétés nautiques, collectivités, associations de protection de l'environnement, etc.) organisent des ramassages des déchets abandonnés pour épargner les écosystèmes et restaurer les milieux.

2000

Isabelle Poitou, pendant sa thèse sur les macrodéchets en Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, constate le manque de politiques concertées sur la question des déchets abandonnés ou qui aboutissent en milieux aquatiques, elle fonde alors l’association MerTerre consacrée à la réduction de cette pollution majeure.

2006

MerTerre initie la création du premier Observatoire des déchets en Milieux Aquatiques (ODEMA). Il constitue les prémices du projet de plateforme collaborative. Et élabore des protocoles simplifiés pour les ramassages des déchets sauvages diffus. Il s’agit d’apporter des connaissances sur les quantités, qualités et origines des déchets afin de définir des programmes de réduction adaptés à leurs caractéristiques.

2008

Pour appliquer la Directive Cadre Stratégie pour le Milieu Marin, l’État commence à rassembler les acteurs engagés (associations, scientifiques, services de l’État, établissements publics, etc.) au sein de groupes de travail.

2009 - 2015

MerTerre intègre les groupes de travail (Grenelle de l'environnement, Grenelle de la mer, Atelier Déchets Marins, groupe descripteur 10 pour la DCSMM) permettant de faire avancer les plans d'actions, la législation sur les déchets sauvages et structurer progressivement la vision d’un outil collaboratif d’aide aux politiques publiques.

2016

MerTerre travaille à l’adaptation française du programme de sciences participatives Adopt’ a Beach développé aux États-Unis et en Europe du Nord pour récolter les données issues des ramassages citoyens de façon standardisée et centralisée grâce au soutien du ministère de l'écologie. Cette même année ont lieu les premières rencontres des collecteurs de déchets sauvages organisées par Denis Blot, Université Picardie et Nature Libre avec l’idée de fédérer les initiatives.

2017

2èmes rencontres des collecteurs de déchets sauvages (Marseille) organisées par MerTerre permettant de recueillir les besoins d’une grande diversité d’acteurs et de préciser l’idée d’un outil au service de cette communauté.

2018

Pour être adapté à des besoins concrets, MerTerre propose de concevoir avec le soutien de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur et le Ministère de la Transition Écologique (MTE), un site pilote pour la France en Région Sud : ReMed Zéro Plastique. Ses fonctionnalités, développées en partenariat avec le Muséum national d’Histoire naturelle (MNHN), sont pensées pour convenir à l’échelle nationale. Cette plateforme est un outil collaboratif pour la structuration du réseau d’acteurs engagés dans la réduction des déchets sauvages qui peuvent aboutir en Méditerranée.

2019

Mise en ligne de la plateforme ReMed Zéro Plastique et de son programme de sciences participatives Adopt’1 Spot.

2021

Lancement de la plateforme nationale Zéro Déchet Sauvage, fruit de l’expérience de la plateforme ReMed Zéro Plastique, et du travail accompli par le Comité de Pilotage (MerTerre, Mosaic - unité de service du Muséum national d’Histoire naturelle, Ministère de la Transition Écologique, Région Provence-Alpes-Côte d’Azur), le Comité Technique rassemblant une dizaine de têtes de réseau et le Comité Scientifique de professionnels spécialisés sur le sujet.

2022 et après

Grâce aux têtes de réseau, il est prévu un déploiement et une animation locale partout en France métropolitaine et dans les Outres-mer Des entreprises sélectionnées pour leur exemplarité et leur engagement seront progressivement intégrées sur la plateforme pilote ReMed puis sur Zéro Déchet Sauvage. Des rencontres entre les différents collèges d’acteurs seront programmées afin de permettre les échanges et partages d’expériences, de solutions et des défis spécifiques rencontrés.